Catégories
général

The Death Road

The Death Road (El Camino de la Muerte), c’est la route la plus dangereuse du monde, 5 heures de descente avec une pente de 80% en moyenne sur 64 km. Cette route a été nommé ainsi après le décès de 8 israéliens dans un accident de jeep en 1999.

Mardi soir, 11 octobre
Après de nombreuses tergiversations (Amazonie ou pas, Machu Picchu ou pas), on s’est décidé pour faire un peu de sport. Un truc simple, facile et adapté à notre condition physique: du vélo!
On est donc allé voir les gars de Down Hill Madness, à la Calle Sagarnaga 339.

Après quelques explications et remplissages de formulaires (du genre: “nous déclinons toutes reponsabilités en cas d’accident, mauvais temps, mort, glissement de terrain, chute d’OVNI, écrasement par camion, coup d’état, etc…”), nous avions donc rendez-vous le lendemain matin.

Le lendemain matin, 12 octobre
Après une heure de 4×4, nous sommes au sommet de La Cumbre, un petit 4670 mètres… Presque aussi haut que le Mont Blanc (4808.45 m), mais on ne va pas jouer sur les mètres. Enfiler la combinaison avec une polaire dessous (5°C à cette heure), mettre le casque, les lunettes et les gants, vérifier les freins (la petite astuce pour rester entier plus longtemps), nous étions prêts! Avec Uroš (Slovénie) et Stew (Angleterre), nous sommes prêts à affronter la Route de la Mort:
Photo de groupe

Merci le 4x4Ça commence facile sur une route goudronnée et large. Inutile de pédaler, les rapports des vitesses ne sont pas assez hauts pour aller plus vite que du 60 km/h. Après quelques minutes, une petite montée permet de sélectionner les plus endurants (merci le 4×4):

Les choses se gâtent enfin: fini la route propre et nette! Les sommets à droite, plus de 1000 mètres de précipice à gauche, le dessin est vite fait. Et les consignes: tenir la gauche et priorité au véhicules qui montent. Et utiliser le frein (à disque) arrière. Après quelques dizaines de mètres on se rend vite compte que les suspensions sont indispensables, nous avons bien fait de choisir des vélos tout suspendu. Et les vélos sont de bonne qualité. Notre guide nous rassure en nous disant qu’il n’y a eu que 5 cyclistes morts les 7 dernières années… Soit, cette route est donc statistiquement plus sûr en vélo qu’en bus (200 morts en moyenne par année). Restons positif!

Nous voici donc accrochés à nos guidons, les 2 doigts de la main gauche toujours sur la manette des freins. Après quelques kilomètres, l’adrénaline aide à supporter l’angoisse et la peur. Première rencontre avec un camion, le guide nous ayant prévenu bien avant, cela semble rassurant. Un camion de bananes, pour l’anecdote, alors que nous venions d’en manger lors de la petite pause précédente.
Joëlle
Des cailloux, de la boue, le froid qui fouette et glace. La brume se lève enfin, on peut aller plus vite!

La descente continue. Trois mille mètres, il commence à faire plus chaud. Un aigle passe au-dessus. Une cascade sur le flan de la montagne, il faut passé quand-même. Un petit rafraîchissement! Mais la route mouillée, ça glisse…
Joëlle sur son beau vélo
“Locos!” s’est exclamé notre guide! C’est vrai que les 2 autres ont tendance à ne pas utiliser leurs freins. Et on descend, toujours plus bas. La végétation est maintenant tropicale, il fait chaud, très chaud.

La poussière s’incruste sur les lunettes, les mains et les bras deviennent douloureux. Cela devient pénible. Mais on se donne du courage, une petite rivière à traverser et on y est:
Flavien traverse la rivière

Coroico, 1750 m, bienvenue en Amazonie:
La fin

On est arrivé, sain et sauf. Et un endroit bien sympathique nous accueille: La Senda Verde. Une éco lodge, avec douche et piscine, et un bon petit repas! Que nous avons partagé avec tous les visiteurs du coin:
Perroquet

4 réponses sur « The Death Road »

Salut vous.
Merci pour la carte postale. Vos nouvelles sont toujours très appréciées ainsi que les photos. J’attends de voir des photos d’autochtones.
Le Jura est en train de vivre une merveillleuse semaine d’été indien, sans brouillard. Le bonheur total. Gros bisous à vous deux.
Nelly

Excellent !! vous avez osé cette route de tarés ! que brava, félicitations ! continuer avec vos récits et photos…. et ayez une petite pensée pour Esteban si vous allez au Macchu Picchu !! J’attends la suite avec impatience.
Bisous à vous deux.

Je crois pas que vous avez OSE toucher les freins!!!
Lopettes, Honte à vous, 7 ans de malheur à chaque toucher de frein. Pifopadir kyavè un trou…

anplussavecdu bonmatos, enfinbref, icitou va bien, onestsuperbien danlnouvèlapart étouroul.
Onrgarde pouracheté une Porscheou untrucdu stil. onvera,vukléssanss abèssé.

voila atut et atar! vourvnékan?

Répondre à Nelly Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.